Wednesday, October 05, 2011

Faire mourir les vices et les concupiscences

Hier soir, j'suis allée voir le film Pour l'amour de Dieu, réalisé par Micheline Lanctôt.
.
Voici le synopsis:
Léonie est une petite fille solitaire qui trouve réconfort dans la religion et échappe à une situation familiale difficile grâce à l'attention que lui porte son enseignante, une religieuse nommée soeur Cécile. Elles sont de grandes amies jusqu'au jour où le jeune père Malachy vient détruire cette belle complicité. Les deux femmes tombent amoureuses de cet homme mystérieux. Le lien qui se tisse entre Père Malachy et soeur Cécile est de plus en plus étroit et ils ont de plus en plus de difficultés à gérer l'attirance qu'ils ont l'un pour l'autre. Cette situation déplait à Léonie qui voudrait l'amour des deux pour elle seule.
.
Ce film est très... religieux, très sobre et à l'image de la religion catholique dans les années 50.  C'est un film intéressant et ça l'est probablement plus pour ceux qui ont vécu cette époque.  Les gens (nos parents, grands-parents, oncles et tantes) ont eu des soeurs religieuses et des frères comme enseignants. La religion était omniprésente dans leur vie.  Les chapelets, les neuvaines, les messes, les prières, les confessions... toutes ces choses-là étaient fréquentes et naturelles pour eux.   Dans le film, on se rend compte comment c'était important pour la jeune fille Léonie.
.
Les jeunes femmes avaient toutes les deux des visions de Jésus avec son mouton. Il les guidait.  La jeune Léonie a aussi eu une vision du bien et du mal. Est-ce que le bien a gagné?  À vous de voir.
.
Ce film représente bien la sobriété. Les images sont fades. Il y a beaucoup de noir, de blanc et de brun. Ce qui m'a frappée, ce sont les beaux grands yeux bleus pâles de la jeune fille.  Ils symbolisent, selon moi, son innocence et sa pureté.  Il y a aussi beaucoup de gros plans, des scènes très longues, filmées au ralentit.  Les pièces musicales sont superbes.
.
Les actrices Madeleine Péloquin (soeur Cécile) et la jeune Ariane Legault (Léonie) rendent très bien leur personnage.  Même chose pour Victor Trelles Turgeon (Père Malachy) qui adopte un accent pour son personnage de père dominicain.  Évidemment, vers la fin du film, Micheline Lanctôt et Geneviève Bujold sont toutes les deux magnifiques.
.
Ce qui m'a impressionnée dans ce film, ce sont surtout ce que les religieux et religieuses disaient ou invoquaient. Voici quelques exemples:
  • 'Permets-moi Seigneur de faire mourir les vices et les concupiscences.'
  • 'Délivre-moi de la fornication.'
  • 'Fort comme la mort, est l'amour.'
  • 'Ne m'abandonne pas Seigneur, ne t'éloigne pas de moi, toi qui es mon salut.'
  • 'Seigneur, j'ai besoin que tu me confortes, car j'ai douté.'
On n'entend plus ça ces expressions, n'est-ce pas?  La religion n'a plus la même présence que dans les années 50. Que s'est-il passé?  Lorsque je regardais le film, j'avais presqu'une nostalgie de ce temps pudibond. Ces temps de recueillement à prier et à chanter des cantiques religieux sont des moments qui nous manquent aujourd'hui, nous qui vivons toujours à 100 miles à l'heure.
.
Je vous suggère d'aller voir le film, surtout si vous avez vécu cette époque.  Pour les autres, soyez ouverts d'esprit par rapport à la religion!
.
In nomine patris, et Filii, et Spiritus Sanctis
Amen!
.
Je vous conseille de regarder la vidéo ci-dessous qui est une entrevue avec Micheline Lanctôt.  Elle nous explique d'où est venu son inspiration.




.
Dans la vidéo du ''tapis rose de Catherine'', les acteurs s'expriment par rapport à ce film:



Références: Synopsis pris sur www.cinoche.com
Vidéos pris sur www.youtube.com

No comments: